Sa composition

Micro Algue exceptionnellement riche en nutriments, la spiruline est un excellent complément alimentaire :
protéines, acides aminés, vitamines (A=Bétacarotène, B12, E, K), acide gamma-linolénique, oligo-éléments (fer, magnésium, phosphore, potassium, calcium,….

 

L’acide g-linolénique. La spiruline peut être considérée comme une des meilleures sources connues d’acide g-linolénique, après le lait humain et quelques huiles végétales peu courantes (huiles d’onagre, de bourrache, de pépin de cassis et surtout de chanvre). La présence d’acide g-linolénique est à souligner du fait de sa rareté dans les aliments courants et de sa haute valeur alimentaire présumée. Cet acide gras est un précurseur de médiateurs intervenant dans les processus anti-inflammatoires et immunitaires.

Provitamine A (b-carotène). On trouve entre 700 et 1700 mg de b-carotène et environ 100 mg de cryptoxanthine par kilo de spiruline sèche, ces deux caroténoïdes sont convertibles en vitamine A par les mammifères. Comme les besoins en vitamine A sont estimés chez l’adulte à moins d’un mg par jour, un à deux grammes de spiruline suffisent largement à les satisfaire. Des études cliniques ont démontré l’excellente utilisation des caroténoïdes de la spiruline chez l’humain.

Vitamine B12. Il faut souligner la teneur exceptionnelle en vitamine B12 (cobalamine), qui est de loin la vitamine la plus difficile à obtenir dans un régime sans viande, car aucun végétal courant n’en contient. La spiruline en est quatre fois plus riche que le foie cru, longtemps donné comme meilleure source. La carence en vitamine B12 (anémie pernicieuse) provient soit d’un défaut d’apport (cas de régimes végétariens stricts) soit d’un défaut d’absorption. Il semble d’autre part que certains états pathologiques entraînent systématiquement une déficience en vitamine B12, c’est le cas des infections à VIH menant au SIDA.

Minéraux et oligo-éléments. Les minéraux spécialement intéressants dans la spiruline sont : le fer, le magnésium, le calcium, le phosphore et le potassium.

La très haute teneur en fer est à souligner doublement, du fait que les carences en fer sont très répandues (anémies), surtout chez les femmes enceintes et les enfants et que les bonnes sources alimentaires de fer sont rares. Par comparaison les céréales complètes, classées parmi les meilleures sources de fer, n’en contiennent que 150 à 250 mg/kg. De plus, les suppléments de fer donnés sous forme de sulfate ferreux peuvent poser un problème de toxicité et sont souvent responsables de diarrhées. De leur côté, les céréales contiennent des composants qui limitent fortement la bio-disponibilité de leur fer. Dans le cas de la spiruline, la bio-disponibilité du fer a été démontrée tant chez le rat que chez l’homme.

Le Calcium, phosphore et magnésium sont présents dans la spiruline en quantités comparables à celles trouvées dans le lait. Les quantités relatives de ces éléments sont équilibrées, ce qui exclut le risque de décalcification par excès de phosphore. Notons que les régions aux sols pauvres en magnésium sont courantes et provoquent chez les populations qui les habitent, des syndromes de carences comprenant des troubles cardio-vasculaires et nerveux.